En partenariat avec

Comité interministériel pour la santé : vers une réduction de la prise d’antibiotiques

pilules-medicaments

Comité interministériel pour la santé : vers une réduction de la prise d’antibiotiques

Le premier comité interministériel pour la santé consacré à l’antibiorésistance a annoncé les grands principes de ses futures actions. Parmi les grandes lignes, la volonté affirmée de réduire de 25% l’usage d’antibiotiques d’ici 2018, mais aussi l’amenuisement des conséquences sanitaires et environnementales liées à l’antibiorésistance.

Qu’est-ce que l’antibiorésistance ?

L’antibiorésistance désigne la capacité d’une bactérie à résister à l’action d’un antibiotique. Elle serait responsable, d’après le Ministère de la Santé, de 12 500 décès chaque année en France. Selon l’OMS, la résistance microbienne à l’échelle mondiale causerait 700 000 morts chaque année.

Un programme de sensibilisation à la prévention de l’antibiorésistance

« Un programme de sensibilisation à la prévention de l’antibiorésistance sera créé. L’accent sera notamment porté sur l’éducation pour la santé des jeunes et l’information des propriétaires d’animaux », indique à ce sujet le ministère de la Santé dans un communiqué de presse relayé par France Info. Pour parvenir à ces objectifs le gouvernement entend améliorer la formation des professionnels de santé, avec des programmes insistant sur le bon usage des anti-infectieux, et sur l’encadrement de la prescription d’antibiotiques.

Le packaging des médicaments devrait être revu pour intégrer un message de prévention, et adapter le discours aux durées de traitement. Le gouvernement entend aussi développer les actions de prévention comme la vaccination.

 

Développement de nouvelles stratégies thérapeutiques

Un comité technique de l’antibiorésistance devrait voir le jour avec pour mission la valorisation des nouvelles technologies, et l’amélioration de «leur mise à disposition des professionnels de médecine humaine et vétérinaire ». Il devrait être également chargé de mettre en place un système de surveillance de l’antibiorésistance, en s’appuyant notamment sur des structures françaises existantes, et avec la collaboration de l’OMS et de l’OIE.

Au niveau européen, le ministère des Affaires étrangères présentera son projet de voir interdire l’usage des antibiotiques dans l’élevage, et demandera le soutien de l’Europe pour le développement de nouveaux outils et produits.