La peur d‘être jugé ou sermonné explique en partie la tentation des malades de taire certaines informations médicales. Avec des conséquences médicales potentielles.

La confiance, censée être l’une des clés de la relation entre le patient et son médecin, ne va pas de soi. Selon une étude réalisée auprès d’environ 4500 personnes, sept malades sur dix auraient déjà menti dans le cadre de leur consultation médicale. Ces arrangements avec la réalité portent par exemple sur leur régime alimentaire, leur pratique sportive, la régularité avec laquelle ils prennent leur traitement ou encore leur adhésion au protocole thérapeutique proposé par le praticien…

Or ces omissions, ou contre-vérités, peuvent avoir des conséquences médicales. «Une méconnaissance de certains éléments par le praticien risque de l’amener à une mauvaise orientation de son approche clinique, à une prescription de médicaments en surdosage, voire contre-indiqués, ou encore à faire réaliser des examens complémentaires inutiles», relève le Dr Antoine Giacomini, médecin généraliste à Strasbourg.

Source Figaro Santé : http://sante.lefigaro.fr/article/70-des-patients-mentent-a-leur-medecin-un-comportement-potentiellement-risque/


© 2018 - Gescall - Mentions légales