En partenariat avec

L’automédication oui, mais responsable !

decouper-medicament-medicament-medecin_1134-729

L’automédication oui, mais responsable !

 

En 2015, les médicaments achetés sans prescription ont augmenté de +5,2%* soit un marché de 3,706 millions €. Ces 2 indicateurs prouvent que l’automédication (ou selfcare) est une pratique répandue en France. Oui, mais comment se soigner soi-même sans risque ?

 

Qu’est-ce que l’automédication responsable ?

L’automédication désigne le choix par des individus de soigner leurs maux en utilisant des médicaments accessibles sans ordonnance. On ajoute l’adjectif « responsable » lorsque la même pratique s’effectue dans le respect des préconisations de l’OMS et sur les conseils d’un pharmacien.

 

Les bonnes pratiques pour une automédication responsable

Le recours à l’automédication est possible pour le traitement des symptômes courants et bénins, comme une toux ou une légère fièvre. Elle peut aussi être appliquée en cas de pathologies chroniques pour lesquelles un diagnostic initial a été posé par un médecin (migraine, rhinite allergie,…). Elle est cependant à proscrire totalement en cas de grossesse, d’allaitement ou de maladie de longue durée.

 

Dans les autres cas, ces quelques étapes suffisent à responsabiliser l’automédication :

 

 

  • 1) Identification des symptômes
    Ai-je le nez qui coule ? Des maux de gorge ? Des troubles de la digestion ?
  • 2) Consultation d’un pharmacien
    Je fais part de mes symptômes à mon pharmacien qui m’orientera vers le bon traitement, ou le cas échéant m’invitera à consulter mon médecin généraliste.
  • 3) Lecture de la notice du ou des médicament(s)
    Après lecture de la notice, je suis les indications données par mon pharmacien concernant notamment la posologie. Je m’informe avec précision sur les effets indésirables possibles, afin de réagir en cas de problème.

 

  • 4) En cas de persistance des symptômes je consulte mon médecin
    Si les symptômes subsistent à la fin du traitement ou s’ils s’aggravent, je ne prends pas de risques, je consulte au plus vite mon médecin

 

Sources

Baromètre de l’AFIPA : les chiffres-clés du selfcare – Janvier 2016